Site Loader
Sunset over our wild camping spot along the Ustekveikja on Hardangervidda

Notre voyage en Norvège commence par une visite de la ville d’Oslo. Nous arrivons en ferry vers 10h dans le centre-ville et passons rapidement déposer nos sacs à l’hôtel. Nous roulons vers le parc Vigeland, un grand parc rempli de statues de tous les âges, du bébé et sa maman au couple de personnes âgées. Nous nous dirigeons ensuite vers Aker Brygge et le Akerhus Festing (la forteresse). Nous apprécions fort le centre où nous retrouvons des constructions très contemporaines dont le musée d’art moderne Astrup Fearnley (dessiné par Renzo Piano), mais il commence à pleuvoir de plus en plus fort et nous accélérons la cadence. Nous montons sur l’opéra d’Oslo via la rampe du toit jusqu’au sommet (nous n’avons vu qu’après que la rampe était interdite aux vélos…) et profitons de la vue sur les alentours avec la nouvelle bibliothèque et le projet Barcode.

Johanna at Operahuset, Oslo
Johanna à l’Operahuset, Oslo

Le jour suivant est notre premier jour de vélo en Norvège et nous le sentons immédiatement dans les jambes !

Nous commençons par nous arrêter à un supermarché afin de faire le plein de nourriture. C’est là que nous réalisons qu’une partie de la chambre à air d’Armand sort du pneu (oui, encore une fois sa roue arrière si vous avez suivi nos aventures en Asie). Heureusement, un magasin de sport proche ouvre bientôt et le pneu d’Armand est rapidement remplacé mais par un pneu de VTT. Nous avons de la chance d’avoir repéré ce pneu déchiré avant d’avoir quitté la ville.

Nous nous retrouvons vite sur une route de graviers très vallonnée où nous devons régulièrement nous arrêter pour reprendre notre souffle et parfois même pousser les vélos quand la pente est trop raide. La météo est meilleure qu’hier avec du soleil et des averses. Le paysage est magnifique, nous sommes entourés de sapins et nous rencontrons un couple de norvégiens en pèlerinage avec leur maman. Elle est si surprise de nous voir arriver avec nos vélos chargés, qu’elle nous accueille en nous offrant des barres de céréales pour nous donner de l’énergie. Finalement, au sommet, nous profitons d’une magnifique vue sur le lac en contrebas. Nous descendons cette longue route le plus rapidement possible. Quel plaisir après ce chemin éreintant. Nous roulons encore un peu plus loin que Hønefoss où nous trouvons un bois le long d’une rivière où bivouaquer.

Armand at Krokskogen
Armand à Krokskogen

Les jours suivants, il fait de plus en plus froid mais de plus en plus ensoleillé et nous roulons régulièrement sur de grosses routes, heureusement il n’y a pas trop de trafic et les vues sont magnifiques.

En Norvège, il existe une règle pour le bivouac (camping sauvage) appelé “Allemannsretten”, une loi qui autorise à camper sur les terres non cultivées si on reste à plus de 150m des habitations. Nous adorons et trouvons souvent de beaux endroits de camping cachés près de rivières, lacs ou de fjords. La difficulté est de trouver un endroit plat pour la tente, mais nous avons été assez chanceux pour le moment. Nous voyons beaucoup de baies dans la forêt mais nous n’avons mangé que les framboises. Il vaut mieux vu nos connaissances limitées dans le domaine.

Johanna cooking at our wild camping spot nearby Stavn, Flå
Johanna cuisine au bivouac près de Stavn

Nos cuisses se musclent davantage chaque jour sur les nombreuses pentes raides. Le vélo n’est vraiment pas facile tous les jours mais en vaut également la peine. Nous sommes impressionnés par la beauté de la nature norvégienne.

Notre 18ème jour de voyage (25/08), nous atteignons la Rallarvegen à Haugastøl : une piste cyclable traversant le plateau montagneux du Hardangervidda. Dès le début nous sommes séduits par la beauté du paysage et cela semble ne jamais finir. Nous restons sur cette piste 1 jour et demi. Nous prenons notre temps pour en profiter pleinement, et nous nous arrêtons régulièrement pour admirer les vues et prendre (beaucoup) de photos. Nous rencontrons un autre cycliste, Anam avec qui nous roulons un moment. Nous trouvons un super endroit pour la tente, quelques kilomètres avant Finse, à plus ou moins 1200m d’altitude, et en profitons bien grâce au vent froid qui s’interrompt finalement. À cette altitude, la température descend en dessous de 0°C la nuit. Le lendemain matin, après quelques kilomètres, nous retrouvons Anam qui nous invite à prendre un café avec vue sur le glacier Hardangerjøkulen : un bon départ pour la journée. Nous restons encore 40km sur la Rallarvegen par un temps froid mais parfaitement ensoleillé. Les magnifiques vues s’enchaînent. C’est le plus bel itinéraire que nous ayons fait jusqu’à présent. Le paysage change régulièrement des étendues d’herbes au bord de la rivière avec quelques cabines en bois et moutons, aux hautes montagnes avec un chemin rocailleux et même un glacier. Nous atteignons le point le plus haut de la route à 1343m et devons pousser les vélos dans la neige. Il semble il y en avoir eu beaucoup cette année.

Armand on Rallarvegen, in front of Nygardsvatnet
Armand sur la Rallarvegen, devant le Nygardsvatnet

Nous finissons à la gare de Myrdal où nous avons réservé le train de 20h30 pour Bergen car nous ne pouvons pas rouler plus loin à vélo à cause du relief difficile composé de fjords et de tunnels. Notre plan de base était de descendre de Myrdal jusque Flåm à vélo et de traverser le Sognefjord en ferry, mais les bateaux touristiques ont arrêté plus tôt que prévu à cause du peu de touristes dû au coronavirus. Cela nous donne l’opportunité de passer par Bergen où Armand a fait un Eramsus il y a 7 ans. Nous avons appris plus tard qu’une autre option aurait été de prendre un train bien moins cher de Myrdal à Upsete et de descendre de là jusque Voss à vélo, mais ce sera pour une prochaine fois.

Ustekveikja nearby Finse & Hardangerjøkulen in the background
Ustekveikja près de Finse & Hardangerjøkulen en arrière-plan

Plus de photos dans la galerie.

5 Replies to “Traversée des montagnes d’Oslo à Bergen”

    1. Quels beaux espaces ! Merci de nous mettre l eau a la bouche. Quelles seances photos en perspective …

  1. Incroyable ! Et quels endroits magnifiques pour vos bivouacs. De quoi faire de beaux rêves. Les bonnets et les écharpes, c’est pour la semaine prochaine ? Ca change des 30° du début. Continuez à bien profiter de ces moments magiques même si vous les méritez sportivement.

  2. Magnifiques photos ! Génial que vous ayez trouvé le moyen et les ressources mentales de poursuivre votre voyage ailleurs. Bravo pour votre flexibilité 🙂 Math et moi serons ravis de vous voir à votre retour. D’ici là, bonne continuation & big hug to the two of you !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.