Site Loader
Lyngen Alps seen from Drabeng

À Tromsø, nous décidons de conclure notre voyage à vélo par un… road trip. Cela faisait plusieurs semaines que nous avions commencé à nous rendre compte que nous n’aurions pas le temps d’atteindre le Cap Nord, car nous devons êtres rentrés en Belgique mi-octobre. Nous avons aussi fait le choix conscient de prendre des détours longs mais qui en valaient la peine vers Bergen et les fjords de l’ouest, vers la route côtière Fv17, vers les Lofoten, etc. plutôt que de suivre la route E6 d’Oslo jusqu’au Nordkapp (3680km au lieu de 2100km depuis Oslo). À aucun moment nous n’avons regretté ces choix car nous sommes convaincus que l’itinéraire est plus important que la destination finale. D’ailleurs, Tromsø est en fait déjà très reculé.

Johanna nearby Ytre Sortvik
Johanna près de Ytre Sortvik

Toutefois, après être arrivé aussi loin, nous trouvions que cela valait la peine de parcourir les 570 derniers kilomètres vers le Nordkapp avec un moyen de transport un peu plus rapide : une voiture de location. Notre hôte warmshower nous a gentiment proposé de garder les vélos chez elle pour qu’on ne doive pas s’en préoccuper. Après s’être assuré que nous avions tout ce qu’il fallait pour empaqueter nos vélos dès notre retour, nous jetons un rapide coup d’œil à la cathédrale Arctique, puis quittons Tromsø en direction des Alpes de Lyngen. La route 91 est un peu plus courte mais implique deux traversées en bac, une de Breivikeidet vers Svensby, et l’autre 15km plus loin de Lyngseidet vers Olderdalen. Les Alpes de Lyngen et leurs sommets impressionnants se trouvent entre ces deux fjords. La vue sur cette chaîne de montagne depuis l’autre côté des deux fjords est superbe, mais aujourd’hui la plupart des sommets sont dans les nuages. Comme nous avons pas mal de temps avant le deuxième ferry, nous réalisons un petit détour vers Koppangen. Il fait déjà noir quand nous atteignons Storslett, mais on se dit qu’on verra le paysage en revenant, alors on continue notre route. En montant vers un col à 400m, on a même de la neige fondante. Nous nous arrêtons à une aire de repos pour cuisiner, mais nous ne parvenons pas à faire démarrer le réchaud. Nous suspectons que le gicleur est bouché. Nous ne pouvons donc pas cuisiner un bon petit plat mais heureusement, nous avons plein de snacks à manger dans la voiture. Vers 9h du soir, nous passons par Alta, la capitale du comté de Finnmark. Nous nous y arrêtons pour jeter un coup d’œil à la « cathédrale des aurores boréales ». Plus loin, il y a encore de la neige fondante sur le plateau de Sennalandet. Nous atteignons le Porsangerfjord et le longeons pendant un petit temps avant de nous arrêter à une aire de repos pour y planter la tente, juste après minuit. Malgré le temps pluvieux, des aurores boréales nous accueillent à travers les nuages à notre arrivée.

Aurora over our camping spot along the Porsangerfjorden, Ytre Sortvik
Aurore boréale sur notre camping au bord du Porsangerfjorden, Ytre Sortvik

De bon matin, nous sortons de la tente sous la pluie et prenons un petit-déjeuner dans la voiture. Après deux mois sur nos vélos, quel luxe de pouvoir manger au chaud et à l’abri dans la voiture. Il nous reste environ 100km jusqu’au Nordkapp, principalement le long du Porsangerfjord. Nous atteignons l’île Magerøya par un long tunnel sous la mer. Le paysage y est assez désolé et rocailleux, sans le moindre arbre. Nous montons sur un plateau à 300m et atteignons enfin le Cap Nord vers 10h45. Au Cap Nord, il y a quelques falaises, un globe et un centre touristique. Bien que ce ne soit techniquement pas le point le plus au nord d’Europe continentale puisqu’il est sur un île, c’est assez satisfaisant d’être arrivé aussi loin et de se rendre compte que tout ce qu’il y reste devant nous c’est Svalbard et le Pôle Nord, encore à des milliers de kilomètres. Il y a beaucoup de vent et on ne peut pas s’empêcher de penser à quel point le trajet depuis Tromsø aurait été difficile à vélo avec ces températures plus froides, les cols et le vent. Nous ne nous éternisons pas malgré le prix du parking horriblement cher.

Globe, Nordkapp
Nordkapp

Sur le chemin du retour, il y a quelques averses mais aussi un peu de soleil. Nous sommes contents de voir la route vers Alta à la lumière du jour car les paysages du plateau de Sennalandet sont très différents du reste de la Norvège. Ici, en territoire Sámi, les paysages sont plus proches de ceux de Laponie suédoise et finlandaise, avec des collines plutôt que des falaises rocheuses et des milliers de rennes semi-sauvage. Nous atteignons Alta au coucher de soleil vers 17h, ce qui est plus tard que ce que nous avions prévu. Nous continuons à rouler dans le noir jusqu’un peu plus loin que Storslett. Nous trouvons une aire de repos toute neuve avec une salle d’attente chauffée que nous décidons de squatter pour la nuit. Aussi parfait que cela puisse sembler, il n’est en fait pas du tout confortable de dormir sur un sol surchauffé (et toujours avec la lumière allumée).

Ravelseidet rest area waiting room
Salle d’attente de l’air de repos de Ravelseidet

Sur la chemin du retour, nous prenons la route qui passe par Nordkjosbotn au sud des Alpes de Lyngen. Elle est 85km plus longue mais n’implique pas de traversée en bac. Nous atteignons Tromsø en début d’après-midi. Nous récupérons nos vélos et les empaquetons dans des boîtes gentiment données par Tromsø Ski & Sykkel, un grand magasin de vélo proche de l’aéroport. Ils acceptent également de les garder cette nuit car notre vol est demain matin. Super service ! Nous retournons vers le centre ville à pied, à travers une forêt qui nous fait oublier qu’on est en ville. C’est assez sympa. Pour notre dernière nuit en Norvège, nous réservons une chambre d’hôtel dans le centre et dînons au restaurant.

European route E6 across Sennalandet
Route européenne E6 sur le plateau de Sennalandet

Vendredi 16 octobre, il est temps de récupérer nos boîtes à vélo et de nous diriger vers l’aéroport. Nous avions gardé la voiture de location afin de transporter toutes nos affaires, et la rendons à l’aéroport. Le check-in se passe sans encombres et nous volons déjà vers Oslo. À cause de la crise COVID-19, il n’y a pas de vols direct d’Oslo vers Bruxelles donc nous devons passer la nuit à Munich. Nous trouvons un coin calme dans l’aéroport avec des chaises confortables et dormons par terre. Nous atteignons Bruxelles samedi matin où le père d’Armand nous accueille à l’aéroport.

Armand & Johanna at Brussels Airport
Armand & Johanna à l’aéroport de Bruxelles

Pour conclure, ce deuxième voyage à vélo de Bruxelles vers Tromsø était tout à fait réussi. Nous avons fait le plein de nature et de super expériences. Nos têtes sont désormais pleines d’images de fjords, montagnes, glaciers, cascades, aurores boréales, couleurs d’automnes et bivouacs insolites. C’était certainement la meilleur alternative pour faire « quelque chose » dans un monde de covid, et peut-être calmer un peu la frustration de notre voyage abandonné de Singapour vers la Belgique. Maintenant, nous avons décidé de nous installer en Belgique, en nous réjouissant déjà de notre prochain voyage à vélo qui sera certainement plus court mais, avec un peu de chance, quelque part en Asie.

Plus de photos dans la galerie.

Ci-dessous, la carte de notre itinéraire complet:

Et le profil topographique de la section d’Oslo à Tromsø:

Concluons avec quelques statistiques:

Jours de voyage71
Jours de vélo51
Jours de repos/visites20
Crevaisons0
Distance parcourue à vélo3590 km
Distance totale Bruxelles-Tromsø
(incluant les transports motorisés)
4675 km
Distance totale Brussels-Nordkapp
(incluant les transports motorisés)
5257 km
Distance parcourue à vélo en Norvège2655 km
Nombre de ferries pris en Norvège23
Distance parcourue en ferry en Norvège320 km
Distance parcourue en ferry Kiel-Oslo645 km
Distance parcourue en voiture
(aller-retour Tromsø-Nordkapp)
1198 km
Distance parcourue en train (Myrdal-Bergen)135 km
Distance parcourue en bus
(Atlantic Ocean Tunnel, Kristiansund)
7 km
Temps total passé sur notre vélo229 h
Plus longue distance journalière103 km
Distance moyenne journalière (jours de repos exclus)69.2 km
Temps moyen journalier sur notre vélo (jours de repos exclus)4h24
Vitesse maximale60.8 km/h
Point culminant1343 m (Rallarvegen)
Point culminant après Bergen704 m (Utvikfjellet)
Nuits sous tente37 (incluant 26 bivouacs)
Nuits dans un abris/salle d’attente3
Nuits chez famille/amis/Warmshower7
Nuits sur un ferry1
Nuits dans un hôtel/cabane/Airbnb21
Température maximale37°C (Belgique, 8 août)
Température minimale-1°C (Rallarvegen, 26 août)
Jours avec de la pluie~48
Plus grand nombre de jours consécutifs avec de la pluie24

3 Replies to “Road trip vers le Cap Nord et quelques statistiques”

  1. Merci pour tous ces bons moments passés avec vous sur les routes du monde…. enfin, vous sur les routes du monde, nous bien installés dans un bon fauteuil, au coin du feu!!! Je vous souhaite plein de bonheur en Belgique aussi

  2. Génial Armand et
    Johanna ! Quel magnifique voyage. Et si bien raconté. Vous avez si bien partagé ce superbe parcours. Super les statistiques et surtout le parcours pointé sur la carte.

  3. Super voyage pour vous mais aussi pour nous. Tous ces beaux paysages du Nord de l’Europe dans notre salon grâce à vous. Merci pour reportage très vivant et très intéressant . Maintenant que vous en connaissez un rayon on ne se fait pas de soucis pour votre prochaine destination 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *