Site Loader
Lyngværfjorden in Vennesund

L’automne est déjà là. Cela faisait moins d’une semaine qu’on commençait à apercevoir les couleurs d’automne, mais à Trondheim elles sont partout. Nous avons prévu de ne rester que deux nuits, mais nos hôtes nous ont gentiment proposé de rester deux nuits additionnelles sans frais supplémentaires pour qu’on garde la maison en leur absence. Nous apprécions beaucoup le geste et décidons d’en profiter, ce qui devrait nous laisser suffisamment de temps pour à la fois nous reposer et visiter la ville.

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous rendons au magasin de haute montagne afin de récupérer la pièce de replacement pour les arceaux de la tente. En quelques minutes, les arceaux sont réparés grâce à leur aide. Nous sommes ravis que ce problème soit déjà résolu sans frais supplémentaires grâce à la réactivité du magasin Skandinavisk Høyfjellsutstyr et le très bon service après-vente de MSR. Nous passons le reste de la journée ainsi que la plupart de la journée du lendemain à l’intérieur à l’abri de la pluie. Anam a décidé d’interrompre son voyage ici, alors nous l’aidons a transporter son vélo et sa boîte en carton jusqu’à la gare centrale. Lundi, nous avons enfin le courage de visiter un peu ce qui est la troisième plus grande ville de Norvège grâce à une météo un peu plus clémente. Nous commençons par la cathédrale, puis le pont Gamle Bybro sur la rivière Nidelva et les quais de Bryggerekka. Nous terminons par une promenade dans le quartier de Bakklandet avant de retourner à l’appartement.

Wharves of Bryggerekka on Nidelva in Kjøpmannsgata & Bakklandet seen from Gamle Bybro, Trondheim
Quais de Bryggerekka sur la Nidelva à Kjøpmannsgata & Bakklandet, Trondheim

Nous reprenons la route vers le nord mardi 14 septembre. Nous planifions de longer la route côtière Kystriksveien (ou Fv17). Notre prochain objectif majeur est les îles Lofoten que nous espérons atteindre en deux semaines. Nous prenons d’abord un bateau de passagers pour traverser le fjord de Trondheim, afin de profiter routes plus calmes que la principale E6. Sur la route Fv720, nous traversons des terres agricoles puis roulons le long de fjords. Le paysage est moins dramatique et impressionnant que dans les fjords de l’ouest, mais nous savons que cela va progressivement s’améliorer dans les prochaines centaines de kilomètres. Il fait très couvert mais au moins il ne pleut pas jusqu’à ce qu’on plante la tente dans une bois près de Follafoss.

Farm nearby Bangsund
Ferme près de Bangsund

Après une nuit très pluvieuse passée confortablement dans la tente, la pluie s’arrête juste à l’heure du petit-déjeuner. Le long du Beitstadfjorden, nous passons par Follafoss et Malm avant d’atteindre la route Fv17. Pour la première fois, nous avons un vent de face fort et constant, ce qui rend notre progression dans le paysage agricole monotone et plein de trafic de Namdalseid assez pénible, avec une vitesse moyenne inférieure à 10 km/h. Au moins il ne pleut pas pour l’instant. Nous roulons tout de même 89km jusque Namsos, parce que nous devons atteindre Rørvik demain soir. À Namsos, nous achetons des nouvelles chaussures car on commence à se rendre compte que les chaussures légères et non-imperméables qui étaient parfaites pour le climat chaud d’Asie du Sud-Est pourraient ne pas être adaptées au climat froid et pluvieux. Nous espérons ne plus avoir les pieds mouillés dorénavant. Nous quittons la Fv17 et allons planter la tente dans une bois un peu plus loin que Namsos, juste quelques minutes avant qu’il ne se remette à pleuvoir.

Armand, moose crossing road warning sign, Nasjonal sykkelrute nr. 1 signpost & EuroVelo 1 signpost on Fylkesvei 17 nearby Leirvik
Armand sur la Fylkesvei 17 près de Leirvik

Heureusement pour nous, la pluie cesse de bon matin. La route Fv769 passe à travers des zones montagneuses et sauvages avec peu de trafic. Ça plus le fait que le vent se soit calmé rend notre route beaucoup plus agréable. Nous savons également qu’on a tout le temps d’atteindre le bac Lund-Hofle, alors nous faisons plus de pauses. De puis le bac, nous apercevons ce que nous pensons être un dauphin mais qui était en fait probablement un petit rorqual. Nous roulons 30km supplémentaires jusqu’au village portuaire de Rørvik où nous rencontrons Åsne, une amie d’Erasmus d’Armand. Ensemble, nous allons manger du poisson dans un restaurant local, et passons le reste de la soirée à discuter et regarder des vidéos de voyage. Nous passons la nuit chez elle, bien à l’abri des rafales de vent et de la pluie qui a repris de plus belle ce soir.

Armand, Johanna & Åsne at 64 Grader Nord, Rørvik
Armand, Johanna & Åsne à 64 Grader Nord, Rørvik

Comme les jours précédents, la pluie cesse le matin par miracle. Nous passons tout de même un peu de temps à l’intérieur à planifier notre itinéraire et prendre un café à la Circle K. Aller jusque Rørvik était un aller-retour qui en valait la peine tout en n’ajoutant que 30km à notre itinéraire, et maintenant nous devons retourner vers Kolvereid. Juste avant d’entrer dans Kolvereid, nous retrouvons Mélanie et Jonathan sur la route par pure coïncidence. Nous pique-niquons ensemble puis roulons avec eux. Nous apercevons notre premier renne sur la route. Le paysage est assez joli et sauvage, et on a même la chance d’avoir du soleil pendant quelques heures en soirée. Nous plantons la tente le long du Årsetfjorden près de Gravvik, où Mélanie et Jonathan nous montrent leurs compétences de pécheurs. Super dîner ce soir. Nous n’avons roulé que 56km, mais cela fait du bien de relâcher un peu la pression après trois jours intenses pour atteindre Rørvik à temps.

Johanna, Mélanie & Jonathan at our wild camping spot along the Årsetfjorden nearby Gravvik
Johanna, Mélanie & Jonathan au bivouac le long du Årsetfjorden près de Gravvik

Samedi, nous roulons ensemble encore quelques heures jusque Holm, où nous prenons le bac vers Vennesund. Nous sommes de retour sur la route Fv17. Nous nous séparons après le ferry et continuons chacun à notre rythme. Nous faisons des grosses courses à Vik, car les magasins sont fermés le dimanche et lundi nous serons en pause loin des supermarchés. Nous roulons au bord du Lyngværfjorden, prenons un café à la Circle K de Berg pour s’abriter d’une grosse averse, puis continuons et passons devant la célèbre montagne Torghatten qui est censée avoir un trou au milieu mais que nous n’apercevons pas depuis la route (malheureusement). Nous plantons la tente dans un bois de bouleaux quelques kilomètres avant la ville de Brønnøysund.

Waterfalls on Innerhatten nearby Andalsvåg
Cascades sur l’Innerhatten près de Andalsvåg

Dimanche 20 septembre, nous devons prendre deux bacs séparés de seulement 18km. Cependant, le deuxième est moins fréquent donc si nous voulons ne pas attendre pendant des heures, nous devons nous dépêcher pour prendre le premier bac Horn-Andalsvåg à 9h40 du matin qui est encore à 25km. Nous y arrivons à temps grâce à un bon vent de dos. La section de 18km en bord de fjord entre Andalsvåg and Forvik est très agréable avec de nombreuses cascades, de belles couleurs d’automne, un vent de dos et presque pas de trafic. Nous sommes ravis de tomber sur une salle d’attente au ferry de Forvik, car il se met à pleuvoir fort seulement quelques minutes après y être arrivé. Nous pique-niquons à l’intérieur avant d’embarquer dans le ferry de 12h10 vers Tjøtta. Depuis Tjøtta, il ne nous reste que 8km à rouler jusqu’à la cabane cozy en bord de mer que nous avons réservé dans un camping sur l’île sauvage d’Offersøy pour notre prochaine pause. Cependant, le vent et la pluie sont tels que nous sommes trempés en quelques secondes. Nous sommes ravis d’arriver à cette cabane où nous allons passer deux nuits à l’équinoxe de septembre, car la tempête va s’intensifier durant la nuit et lundi également, avec des prévisions de vent de 17m/s et des rafales jusqu’à 30m/s. Le côté cozy de cette cabane avec un feu de bois et un bon spaghetti bolognaise compensent allègrement le mauvais temps.

Cabin at Offersøy Camping
Cabane au camping d’Offersøy

Depuis Trondheim jusqu’Offersøy, on a parcouru 468km en 6 jours, dont 54km de bacs.

Plus de photos dans la galerie.

1 Reply to “Cap vers le nord de Trondheim à Offersøy”

  1. Mélanie et Jonathan vous ont appris plus que la pêche ! Et les boulettes suédoises pécho dans les 🗑 ?
    On est ravis d’avoir un peu de pluie et vous du soleil ! Enfin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.